Metropolitan Minotaure - Iris alba
Metropolitan Minotaure
Infernal City

Ces images sont le résultat de déambulations dans la ville. Pas Paris, la ville.
Metropolitan, des couloirs, des halls, des chemins de traverses.
Des labyrinthes.
Metropolitan Minotaure.
Des envies dévorantes, des gens qui restent le long des vies comme des mannequins de plastique et de vernis cheap. Des vies derrière des vitrines en verre. Illuminations crapoteuses.
L’Eldorado et ce qu’il en reste, de l’or en fumées noires et fer blanc.
Une histoire se dessine, se trame. Des drames en grammes, et le marchand de sable s’époumone en vain, crachats de poudre en vrac.
La city s’envenime de gyrophares ivres de crier, des pistes chimériques qui serpentent le long de mon cerveau givre. Flash-back, welcome home et palladium. Le chibre tendu, vies rendues à leur terme. Les rythmes s’accélèrent, taxis en rut et neon lights en continu.
Desperado de l’inconnu, j’erre comme dans un roman de gare, dealer d’oasis, passeur dans un désert de bitume et de glaviots.
J’entame une dernière ronde, westerns, la route est longue encore jusqu’à l’aube. Iris enfer, je poursuis…
Mais le rideau retombe sur ma rétine alanguie, tout l’monde descend, terminus hôtel.
Desperate rodeo.
Infernal city.
Top